Blogue

Pour réussir son étude de marché (2 de 2)

Catégorie by on Oct 29, 2013 - Blogue, Démarrage | 0 commentaire

Pour réussir son étude de marché (2 de 2)

Une fois que vous connaissez les informations nécessaires à la réalisation de votre étude de marché, vous vous demandez comment obtenir ces informations.

Lire la suite

Pour réussir son étude de marché (1 de 2)

Catégorie by on Oct 24, 2013 - Blogue, Démarrage | 0 commentaire

Pour réussir son étude de marché (1 de 2)

La clé du succès en affaires, c’est la connaissance de son marché. Il faut connaître aussi bien ses clients, ses fournisseurs que ses concurrents.

Lire la suite

7 caractéristiques d’un bon entrepreneur

Catégorie by on Oct 16, 2013 - Blogue, Succès & réussites | 0 commentaire

7 caractéristiques d’un bon entrepreneur

Bien qu’il existe une multitude de caractéristiques que vous devrez posséder pour bien réussir en affaires, voici selon moi les sept qui se démarquent le plus et qui sont essentiels pour être un entrepreneur à fort potentiel de réussite. Voici les 7 caractéristiques d’un bon entrepreneur Leadership et tempérament de chef Au démarrage de votre entreprise, vous risquez probablement d’être seul dans l’aventure. Vous n’aurez personne pour vous motiver outre que vous. Si vous avez quelques employés au départ de votre projet, vous serez celui qui devra inculquer les valeurs de votre entreprise à ces derniers. Vous ne pouvez pas tous faire, donc vous aurez besoin de dévouement de vos employés envers votre entreprise pour mener à terme votre projet d’affaires. Goût et tolérance au risque Pour réaliser votre projet d’entreprise, vous allez investir une partie de vos économies et avoir fait un emprunt pour la somme manquante. Bien que vous ayez confiance en votre projet, rien n’en garantit la réussite. Si vous n’êtes pas d’un tempérament gambler, vous aurez beaucoup de difficulté à survivre dans le monde des affaires, car vous aurez à prendre des risques dans toutes les phases d’expansion et de développement de votre entreprise. Forte capacité au travail Si votre motivation de vous lancer en affaires et de moins travailler à court terme, vous n’êtes pas au bon endroit. Démarrer une entreprise représente énormément de travail. Vous devez être passionné et avoir la santé pour pouvoir consacrer beaucoup d’heures de travail par semaine à votre projet. De surcroit au départ pour raison d’économie vous tenterez d’en faire le plus possible pour réduire les coûts d’opération. Capacité d’adaptation et à résoudre des problèmes Il est très rare qu’un projet d’affaires ce déroule exactement comme l’avait prévu les promoteurs. Lorsque l’on est en affaires, on doit constamment s’adapter aux changements et trouver des solutions pour remédier à la situation. Les meilleurs entrepreneurs sont ceux qui s’adaptent le plus rapidement aux changements et qui trouvent des solutions efficaces et peu coûteuses pour diminuer l’influence des changements sur la continuité de l’entreprise. Avoir le temps et la patience Paris ne s’est pas bâtie en un jour, ce proverbe s’applique bien au monde des affaires. Démarrer une entreprise demande un certain temps. La rendre rentable en demande encore plus. Donc, vous devez avoir le temps de bien faire les choses. Si vous êtes d’un tempérament impatient qui désire voir les résultats de ses efforts de façon instantanée, le monde des affaires n’est probablement pas pour vous. Tenace et persévérant Le succès des bons entrepreneurs vient du fait qu’ils ont persévéré et continué leur projet quand bon nombre de personnes auraient abandonné. Si vous êtes de ceux qui abandonné au moindre pépin, vous n’êtes vraiment pas fait pour le monde des affaires. Il faut faire attention cependant de ne pas confondre ténacité et persévérance à entêtement. Créatif et innovateur Un bon entrepreneur est celui qui est constamment en état de créativité et d’innovation. Si vous n’avez pas ces qualités, il sera très difficile presque impossible de vous démarquer de la concurrence. Il y a un principe en affaires qui dit que si nous n’innovons pas, c’est nos concurrents qui le font. Si vous n’avez pas toutes ces caractéristiques, ça ne signifie pas nécessairement que vous ne réussirez pas en affaires. Certaines...

Lire la suite

4 étapes à faire pour le lancement de son entreprise

Catégorie by on Oct 10, 2013 - Blogue, Démarrage | 0 commentaire

4 étapes à faire pour le lancement de son entreprise

Démarrer une entreprise demande un certain temps. Vouloir allez trop vite peut s’avérer catastrophique. Il faut prendre le temps de bien planifier et bien structurer son projet si vous voulez mettre toutes les chances de succès de votre côté. Voici les étapes que vous devrez réaliser avant votre lancement d’entreprise. La réflexion Avez-vous réellement le goût de vous lancer en affaires, serez-vous prêt à faire les sacrifices que cela demande. Est-ce que vous avez le potentiel d’être un entrepreneur? Avant de débuter tout projet d’entreprise, vous vous devez de vous poser ces questions. Si vous avez répondu OUI aux questions précédentes, vous devrez également vous questionner sur le potentiel commercial de votre idée. Une bonne idée ne se traduit pas nécessairement en bon projet d’affaires. La recherche et la planification C’est suite à cette étape que vous allez décider de prendre la décision de vous lancer ou pas. Lors de cette étape, vous réaliserez une étude de marché (qui achètera votre produit et à quel prix?), une étude de faisabilité technique (est-ce que techniquement votre idée d’entreprise est réalisable et si oui à quel coût?), une étude de rentabilité (quel est votre seuil de rentabilité et combien de temps prendrez-vous pour l’atteindre?). C’est évidemment lors de cette étape, suite à vos recherches, que vous réaliserez votre plan d’affaires qui contiendra les résultats de vos recherches. La formalisation Vous devez décider quelle forme prendra votre entreprise. Quelle sera sa forme juridique, est-ce que vous opterez pour une charte provinciale ou fédérale, aurez-vous des associés? Lors de cette étape, vous aurez à prendre la décision si vous investissez dans la propriété intellectuelle. L’une des étapes les plus importantes de la formalisation de votre entreprise sera la recherche de financement. Meilleure sera la qualité de votre travail réaliser lors de l’étape précédente, meilleur seront vos chances d’obtenir un financement rapide pour le démarrage de votre entreprise. La mise en œuvre Vous n’êtes qu’à une étape du démarrage de votre entreprise. C’est à ce moment que vous louerez votre emplacement, que vous achèterez vos équipements, vous embaucherez vos premiers employés, vous achèterez vos premières publicités. C’est généralement l’étape préférer des entrepreneurs, puisqu’il approche de l’objectif de démarrer leur entreprise. Une fois que vous avez passé par toutes ces étapes nécessaires pour démarrer un projet d’entreprise structurer, il ne vous reste qu’une chose à faire. Réalisez votre rêve et démarrez votre entreprise! Jocelyn Grondin est un passionné d’entrepreneuriat. Il a œuvré pendant plusieurs années comme conseiller en démarrage d’entreprise pour différents organismes gouvernementaux. Au cours des années, il a contribué au démarrage d’entreprises dans toutes les sphères d’activité. Que ce soit des entreprises de services, de production industrielle ou de nouvelles technologies. Il a même collaboré à la création de...

Lire la suite

Les sept principales causes d’un échec commercial – 2e partie

Catégorie by on Oct 8, 2013 - Blogue, Succès & réussites | 0 commentaire

Les sept principales causes d’un échec commercial – 2e partie

Voici la suite des résultats d’une étude réalisée par IBM il y a quelques années. (voir la première partie) Même si cette étude date d’un certain temps, je crois que les résultats qui en découlent sont d’actualité et vous devrez en prendre bonne note si vous voulez réussir en affaires. Les causes d’un échec commercial (4 à 7) 4- Prix trop élevé (19%) Lorsque l’on lance un nouveau produit, il faut tenir compte de ce que le client veut ou peut payer pour notre produit. Notre client dispose d’un budget qui n’augmentera pas avec l’arrivée de notre nouveau produit. Donc, lors de l’étude de marché, il ne faut pas tenir compte uniquement des besoins des consommateurs, mais également de la valeur qu’ils accordent à un produit qui répondrait à leur besoin. 5- Concurrence (17%) Les consommateurs potentiels de votre nouveau produit vivaient très bien avant le lancement de ce dernier. Ils se procuraient des produits qui répondaient très bien à leurs besoins. Ils se procuraient ses produits chez des concurrents directs ou indirects de votre entreprise. Ne sous-estimez pas la concurrence. Beaucoup d’entrepreneurs sans expérience le font. Même si votre produit est le meilleur au monde, vos concurrents ne vous laisseront pas le mettre en marché sans ne rien faire. Dans le monde des affaires, personne n’aime partager son gâteau. Ils vont réagir. Que ce soit par une guerre de prix ou une campagne de mise en marché agressive. Si vous avez un nouveau produit ou service facilement imitable, ils ne tarderont pas à en offrir un similaire à leur clientèle. 6- Mauvais moment (14%) Comme dans bien des choses, en affaire, le timing est l’un des facteurs de succès. Il faut savoir quand lancer un produit. Si plusieurs de vos concurrents ont lancé un nouveau produit qui répond à un besoin particulier, il se peut que le marché soit saturé. Vous êtes peut-être mieux de passer votre tour ce coup-ci plutôt que de tenter de lancer un produit qui sera probablement voué à l’échec. Il se peut également que la clientèle ne soit pas prête à l’arrivée d’un nouveau produit sur le marché. Si votre produit entre en concurrence avec une technologie qui est arrivée il y a peu de temps sur le marché, peut-être que la clientèle ne sera pas prête à faire un autre changement technologique en si peu de temps. Certains produits dotés d’une technologie révolutionnaire se sont avérés des échecs commerciaux, car ils étaient en avant de leur temps. Si ces produits avaient été mis en marché quelques années plus tard, ils auraient probablement été de grands succès commerciaux. 7- Problèmes techniques (12%) En entend par problèmes techniques tout ce qui est problème de production, rupture de stock, problème de douane, problème de propriété intellectuelle, etc. Ce sont des facteurs qui ont causé la perte de certains nouveaux produits qui étaient voués à un bel avenir commercial. Comme vous pouvez le constater, aucune des causes reliées à l’échec commercial n’obtient plus de 50% dans le sondage réalisé par IBM. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’y a pas un facteur en particulier à faire attention lorsqu’on lance un nouveau produit. Il faut tenir compte de tous ces facteurs susceptibles de conduire à l’échec commercial de notre nouveau produit. De nos jours la mondialisation du...

Lire la suite

Les sept principales causes d’un échec commercial

Catégorie by on Oct 2, 2013 - Blogue, Succès & réussites | 0 commentaire

Les sept principales causes d’un échec commercial

Voici les résultats d’une étude réalisée par IBM il y a quelques années. Même si cette étude date d’un certain temps, je crois que les résultats qui en découlent sont d’actualité et vous devrez en prendre bonne note si vous voulez réussir en affaires. Les causes d’un échec commercial (1 à 3) 1- Mauvaise compréhension des besoins (45%) Lorsque vous démarrez votre entreprise ou que vous lancez un nouveau produit, vous devez répondre à un besoin de la clientèle visée. Il doit y avoir des acheteurs pour votre nouveau produit ou service. Plus ce que vous avez à vendre répond à un besoin, plus il vous sera facile de le vendre. C’est lors de votre étude de marché que vous comprendrez ce que votre client potentiel veut et que vous analyserez si vous êtes capable de répondre à ses besoins. Si vous n’êtes pas capable d’y parvenir, il est préférable de passer votre tour et de travailler sur une autre idée d’entreprise. En affaires, il faut tenter de produire ce que l’on est capable de vendre et non tenter de vendre ce que l’on est capable de produire. 2- Problèmes reliés au produit (29%) De nos jours, le consommateur est de plus en plus exigeant. Il laisse rarement une deuxième chance à une entreprise. Il ne veut plus que les entreprises fassent de la recherche et du développement avec lui, il ne veut plus servir de cobail. Lorsqu’il prend la décision d’acheter un produit ou un service, il s’entend à ce que le tout fonctionne de façon impeccable. J’en profit pour vous rappeler qu’aujourd’hui avec l’ère des médias sociaux, les consommateurs insatisfaits on une multitude de vitrines pour communiquer leur insatisfaction envers votre produit. Donc, dans certain cas, il est préférable de retarder le lancement d’une entreprise afin de prendre le temps de tester notre produit ou service sur des personnes qui sont conscientes qu’elles participent à une période de rodage du dit produit. Cette façon de faire vous sera des plus bénéfiques pour l’avenir de votre entreprise, car le lancement d’un mauvais produit n’affecte pas que la survie de ce produit, il peut avoir de grave conséquence sur l’image générale de votre entreprise. 3- Mise en marché inefficace (25%) En affaires même si vous avez le meilleur produit au monde, rien ne vous garantit le succès. Pour obtenir du succès, il faut que les gens soient informés de l’existence de votre produit et qu’en plus, ils perçoivent que votre produit est le meilleur pour répondre à leurs besoins. La deuxième partie est beaucoup plus difficile à réaliser que la première. Il n’est pas rare de voire des multinationales échouer lors du lancement d’un nouveau produit, car elles n’ont pas su convaincre les consommateurs potentiels des biens faits de leur nouveau produit. À quoi sert-il exactement, pourquoi ils devraient changer le produit qu’ils ont actuellement pour ce nouveau produit? Bien des entrepreneurs inexpérimentés sous-estiment ce qu’il en coûte faire connaître une nouvelle entreprise ou un nouveau produit. Lorsque vous faites vos prévisions financières, vous devez tenir compte de cette dépense qui est primordiale pour réussir en affaire. Je vous entretiendrai sur les quatre autres causes de l’échec commercial lors d’un prochain article. (la suite) Jocelyn Grondin est un passionné d’entrepreneuriat. Il a œuvré pendant plusieurs années comme conseiller en...

Lire la suite

Les quatre étapes d’une vente

Catégorie by on Sep 25, 2013 - Blogue, Succès & réussites | 0 commentaire

Les quatre étapes d’une vente

Comme je l’ai mentionné dans l’article Le secret des vendeurs qui réussissent le mieux, une vente c’est une relation d’affaires entre vous et l’acheteur. Comme n’importe quelle relation il y a des étapes à franchir avant de réaliser votre objectif de vendre votre produit ou votre entreprise. Voici les quatre étapes d’une vente Vous obtiendrez votre commande quand l’acheteur: 1- Se sent en confiance avec vous De nos jours, ce ne sont pas les vendeurs qui manquent. Il y a de la concurrence partout. Donc, ce qui fait qu’un acheteur va choisir une entreprise aux dépens d’une autre, c’est souvent la confiance qu’il a envers cette dernière. La confiance, ça ne s’impose pas, ça se mérite. Donc, il ce peut que vous deviez rencontrer l’acheteur plusieurs fois avant même de discuter d’une vente potentielle. Vous faire référencer par l’un de vos clients peut-être une excellente façon de gagner la confiance de votre futur acheteur plus rapidement. 2- À réaliser qu’il a un besoin Si le client ne perçoit pas qu’il a un besoin, il n’achètera rien. C’est votre rôle de stimuler ce besoin chez le consommateur. C’est pour cette raison que la vente est souvent une question de timing. Il faut être là quand le client perçoit un besoin que vous pouvez combler. Donc, plus votre prospection sera bien faite, plus vous rencontrez vos acheteurs potentiels aux bons moments. 3- Croît que votre produit est la solution à son problème Une fois que l’acheteur est en confiance avec votre entreprise et qu’il a perçu qu’il a un besoin, c’est là que débute votre pitch de vente. Vous devez le convaincre que votre produit règlera tous ses problèmes et que c’est la solution la mieux adaptée pour son entreprise. En fait, ne lui demandez pas s’il veut acheter, demandez-lui comment il veut résoudre son problème. Plus vous connaîtrez d’avance le problème du client, plus se sera facile pour vous de bâtir un argument solide pour lui démontrer que vous êtes la solution à son problème. Encore une fois, une bonne prospection vous permettra d’identifier les entreprises qui sont le plus susceptibles d’avoir besoin de vous. 4- Pense qu’il en aura pour son argent L’acheteur à toujours en tête qu’il veut faire une bonne affaire. Dans un monde de plus en plus concurrentiel, il veut tirer le maximum de chaque dollar qu’il investit. C’est pour cela qu’un bon vendeur sera capable de démontrer au consommateur que le retour sur l’investissement que lui procurera son achat est excellent et qu’il ne trouvera pas mieux ailleurs. Chaque vendeur avant de conclure une vente doit faire passer l’acheteur par ces quatre étapes. Dans certains cas, le délai entre les étapes peut être très rapide. Dans d’autres cas, cela peut prendre beaucoup plus de temps. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il ne sert à rien de vouloir précipiter le passage d’une étape à l’autre. Parfois en voulant faire une vente trop vite, vous provoquerez l’effet contraire. Il veut parfois mieux laisser le temps faire les choses et relancer l’acheteur potentiel au bon moment et ainsi obtenir un client qui fera affaire avec vous pour plusieurs années. Jocelyn Grondin est un passionné d’entrepreneuriat. Il a œuvré pendant plusieurs années comme conseiller en démarrage d’entreprise pour différents organismes gouvernementaux. Au cours des années, il a contribué au...

Lire la suite

Le secret des vendeurs qui réussissent le mieux

Catégorie by on Sep 19, 2013 - Blogue, Démarrage | 0 commentaire

Le secret des vendeurs qui réussissent le mieux

Lorsque vous allez démarrer votre entreprise, vous devrez rencontrer des acheteurs potentiels pour vendre votre produit ou votre service. Mais qu’est-ce qui fait que certains vendeurs réussissent mieux que d’autres? Est-ce qu’il y a une recette qui garantit une vente à tout coup? La réponse est non, même le meilleur vendeur au monde ne frappe pas pour 1 000. La vente ne se joue pas seulement lors de la présentation, il y d’autres facteurs qui influence le processus d’achat des consommateurs. Cependant, ce qui est ressorti d’une étude fondée sur l’analyse de 35 000 rencontres de vente est que les vendeurs qui réussissent le mieux ont tous ces points en commun. Voici quelques secrets des vendeurs qui réussissent le mieux 1- Présentent leurs produits et services tard dans la rencontre Une vente, c’est une relation d’affaires entre un vendeur et un acheteur. Donc, vous devez démontrer que vous avez un intérêt envers votre interlocuteur. Vous devez lui signifier que vous n’êtes pas là seulement pour y vendre votre salade, mais plutôt pour répondre à l’un de ses besoins. Tout ce que vous voulez c’est lui simplifier la vie. Une fois qu’une certaine relation de confiance est établie entre vous et le prospect, c’est le moment de présenter votre produit ou service. 2- Questionnent pour découvrir les problèmes de leurs acheteurs potentiels L’erreur que beaucoup de vendeurs inexpérimentés font, c’est d’arriver devant leur prospect avec la solution à leur problème avant même que ce dernier puisse s’exprimer. Pour faire une bonne vente, vous devez discuter avec l’acheteur pour qu’il vous explique sa problématique. Une fois que vous avez cette information, vous serez en mesure de monter un argumentaire de vente en fonction de l’information que vous aurez recueillie. Même si vous possédiez cette information avant la rencontre, donnez tout de même le temps à votre interlocuteur de s’exprimer. Vous démontrez votre professionnalisme en plus de faire sentir à l’acheteur que vous avez à cœur sa problématique. 3- Discutent des conséquences de ces problèmes avant d’expliquer leur solution Un bon vendeur explique à son interlocuteur la valeur de son problème. Il le conscientise sur le coût d’une non-action pour résoudre sa problématique . Une fois que l’acheteur à pris connaissance de se qui lui en coûte de demeurer dans la situation actuelle, il est plus facile pour un bon vendeur de mettre une valeur sur le produit, sur la solution pour régler le problème de l’acheteur. En fait, si le travail est bien fait, l’acheteur va se rendre compte qu’il ne peut se passer de la solution qui lui est proposée et il va réaliser l’achat avec conviction. Si l’étude à permis de démontrer se qu’on en commun les vendeurs qui réussissent le mieux, elle a également permis de cerner ce qu’on en commun les vendeurs qui réussissent le moins. Ne peuvent s’empêcher de parler très tôt de ce qu’ils ont à offrir N’ont pas découvert les problèmes du prospect Ne font pas l’adéquation entre les problèmes et la solution qu’ils proposent Même si les vendeurs qui réussissent le mieux ont sensiblement tous la même technique, cela ne signifie pas nécessairement qu’ils ont tous le même style. Je vous invite à développer un style bien à vous dans lequel vous êtes à l’aise pour vendre votre entreprise. Jocelyn Grondin est un...

Lire la suite

Les cinq clés de la réussite lors d’un lancement d’entreprise

Catégorie by on Sep 16, 2013 - Blogue, Démarrage | 0 commentaire

Les cinq clés de la réussite lors d’un lancement d’entreprise

Ayant aidé des centaines d’entrepreneurs à démarrer leur entreprise m’a permis de faire le constat suivant. Tous ceux dont les entreprises ont réussi ont obtenu du succès grâce à ces cinq facteurs : Voici les cinq clés de la réussite pour votre lancement d’entreprise 1- Opportunisme Le succès en affaires est beaucoup une question de timing. Parfois, une opportunité d’affaires se présente pour un très court laps de temps. Les bons entrepreneurs savent flairer les bonnes occasions et ils les saisissent. 2- Stratégie Un démarrage d’entreprise, c’est un projet à long terme. Il faut savoir où l’on veut aller et comment on veut y aller. Les bons entrepreneurs prennent le temps de bien faire les choses. Ils planifient et évaluent les conséquences des actions qu’ils posent. Même si on perçoit une opportunité, il ne faut pas se lancer dans l’aventure trop rapidement sans aucune stratégie à court ou moyen terme. Le temps consacrer à la planification sera récupéré rapidement lorsque votre projet sera démarré. 3- Innovation La meilleure façon de se démarquer de la concurrence, c’est l’innovation. Les entreprises qui innovent sont pratiquement toujours les chefs de file dans leur secteur d’activité. Le temps que leurs concurrents prennent à tenter de les imiter, eux elles le consacrent à innover à nouveau. Pour innover, il faut être toujours être en mode recherche sur notre secteur d’activité. Qu’est-ce qu’il manque pour rendre mes consommateurs encore plus satisfaits? Une fois votre entreprise démarrée, ce n’est pas le temps d’arrêter de vous informer sur votre marché et vos concurrents. Au contraire c’est là que vous devez emmagasiner toutes l’information que vous pouvez vous procurer pour vous permettre d’innover et d’être toujours un leader dans votre marché. 4- Prise des risques Aucun développement ne se fait sans prise de risque. Les entreprises qui réussissent le mieux sont celles qui osent. Celles qui n’ont pas peur de sortir des sentiers battus. Celles qui prennent des risques au niveau de leur mise en marché, du lancement d’un nouveau produit ou dans la diversification de leurs activités économiques. 5- Avoir de la chance Après plusieurs années d’expérience dans le développement économique, je dois l’admettre, il y a un facteur chance qui rentre en ligne de compte dans le succès d’une entreprise. Cependant, il faut faire attention. Je ne veux enlever aucun mérite aux entrepreneurs qui réussissent. Ceux qui ont développé des entreprises prospères ont énormément de qualité et de mérite et ce n’est pas uniquement la chance qui les a amenés là où ils sont rendus. Mais, il est fort probable qu’à un moment donner dans l’histoire de leur entreprise, les hasards de la vie ont joué en leur faveur. Jocelyn Grondin est un passionné d’entrepreneuriat. Il a œuvré pendant plusieurs années comme conseiller en démarrage d’entreprise pour différents organismes gouvernementaux. Au cours des années, il a contribué au démarrage d’entreprises dans toutes les sphères d’activité. Que ce soit des entreprises de services, de production industrielle ou de nouvelles technologies. Il a même collaboré à la création de...

Lire la suite

Sept facteurs de succès pour un commerce de proximité

Catégorie by on Sep 2, 2013 - Blogue, Succès & réussites | 0 commentaire

Sept facteurs de succès pour un commerce de proximité

Avec la montée fulgurante des commerces en ligne, il est maintenant plus qu’important de faire les choses correctement pour votre commerce de détail ayant pignon sur rue. Voici sept facteurs de succès pour un commerce de proximité 1- Passage important de personnes devant le commerce Il va de soit que plus votre commerce est situé dans un endroit passant, plus il y a des gens qui ont la chance d’y faire un arrêt pour s’informer sur votre entreprise. Cependant, le fait qu’il y ait beaucoup de gens qui entrent dans votre commerce ne signifie pas nécessairement que vous conclurez des ventes. Votre stratégie de marchandisage aura une grande influence sur les résultats que vous obtiendrez. 2- Présence de commodités De nos jours, les gens ont des vies de plus en plus actives. Plus vous rendrez simple leur expérience d’achat, plus ils auront tendance à revenir régulièrement faire affaire avec vous. Les commodités recherchées par les consommateurs de nos jours sont le stationnement, la proximité d’un arrêt d’autobus ou d’une station de métro. 3- Présence d’éléments attirants un flux d’achalandage L’achalandage généré par les commerces à proximité du vôtre aura une influence sur votre propre achalandage. Vous avez tout à gagner à être voisin d’un dépanneur, d’une station-service, d’une pharmacie, d’un bureau de poste ou tout autre commerce que la population en général fréquente régulièrement pour ses activités courantes. 4- Population importante dans la zone d’achalandage Même si cette information est véridique, il faut être conscient que plus la population de votre zone d’achalandage est importante, plus il y aura de commerce similaire au vôtre qui voudra s’y installer pour faire des affaires. 5- Longueur de façade du commerce La façade de votre commerce est ce qui va inciter les passants à entrer dans votre commerce. Elle se doit d’être d’une longueur suffisante (au moins 15 pieds) pour vous permettre de bien mettre en valeur vos produits pour provoquer un achat impulsif des passants. 6- Ne pas être isolé De nos jours, les consommateurs prennent le temps de magasiner avant de faire un achat. Être à proximité de vos concurrents peut être avantageux, car vous bénéficierez des efforts de mise en marché faits par vos concurrents. Il est important de trouver le juste équilibre, vous devez être dans un secteur regroupent des concurrents, cependant, vous serez perdant de vous trouver dans un environnement saturé de commerce similaire au votre. 7- Ne pas être en contraste aux types d’offres commerciales environnantes En lien avec l’affirmation numéro 6, vous ferez un très mauvais choix de localisation si vous installez votre commerce sur une rue contenant des commerces qui sont dans des secteurs d’activité complètement à l’opposé du vôtre. Ex : on n’implante pas un magasin de vêtement dans une rue où l’on retrouve une boucherie, une poissonnerie, une pâtisserie et autre commerce d’alimentation. Si votre entreprise fait déjà des affaires, avez-vous mis ces conseils en pratique ? Si vous ne faites pas encore des affaires, croyez-vous pouvoir les mettre en pratique ? Laissez-nous vos commentaires sous cet article. Jocelyn Grondin est un passionné d’entrepreneuriat. Il a œuvré pendant plusieurs années comme conseiller en démarrage d’entreprise pour différents organismes gouvernementaux. Au cours des années, il a contribué au démarrage d’entreprises dans toutes les sphères d’activité. Que ce soit des entreprises de services, de production industrielle...

Lire la suite
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.